Baron Noir, Saison 4

Image par Laurent Verdier
Idée créer une série positive alternative à Baron Noir qui raconte comment la corruption et la monarchie présidentielle ont conduit la gauche a l'échec et la République au bord du gouffre. Peut-être une saison 4 de baron noir mais qui, justement parce que le nouveau président aurait pris pleinement conscience du problème, entreprendrait pour de bon de changer les règles du jeu. Dans cette perspective il proposerait au pays d'écrire avec lui une nouvelle histoire qui consisterait à imaginer la République que nous aimerions, le type de constitution, de gouvernement, de parlement, de présidence de la République que nous aimerions voir se mettre en œuvre.
Par exemple pour prendre les principales peurs du moment
– une République où l'on pourrait vivre pleinement et en sécurité sa liberté de croire ou ne pas croire
– une République où l'on pourrait accéder aux soins sans peur d'être rejeté et o les professions de soin seraient valorisées
– Une République dans laquelle chacun serait assuré de ne pas se retrouver à la rue s'il perdait son emploi
– une République où la capacité à assurer la fin du mois ne prépare pas un scenario de fin du monde et où responsabilité écologique, justice sociale seraient vécus comme complémentaires
– une République où les ministres seraient véritablement au service d'une capacité de notre société à affronter les défis de l'heure dans la paix et la démocratie...

Dans la saison 4 de baron noir quel serait le bon usage de la position de Mercier ? Pourquoi ne pas demander aux 150 de la Convention citoyenne de jouer un rôle clef dans ce nouveau scenario ? Une personne comme Priscilla Ludowsky pourrait jouer un rôle important dans cette perspective. S'inspirer de la campagne chilienne du Non à la constitution qui aboutit a la victoire actuelle. Voir comment s'inspirer de la réussite de la première ministre de Nouvelle Zelande. Rôle important dans le scenario du ministère des affaires planétaires dont l'un des premiers objectifs serait de proposer la création d'un conseil de Securité de l'humanité avec comme premiers sujets le risque d'hiver nucleaire accidentel, la mise en œuvre effective de l'accord de Paris et des objectifs de la conférence sur la biodiversité.